mardi 23 septembre 2014

Un prof doit mater ses élèves

J'ai commencé à la rentrée un travail de professeur de physique chimie.

A peine avais-je annoncé la bonne nouvelle que les conseils pleuvaient. Il y avait les conseils bizarres dont celui qui disait que si j'avais une bonne hygiène corporelle, je serai une super prof (pourquoi passer un master, on se le demande, quand il suffit d'une savonnette pour enseigner les maths).

Puis surtout il y avait tout le reste qu'on résumera à "les élèves sont tous des têtes à claque, il faut les mater". Jusqu'au très sérieux "Les trois premiers mois, tu dois les terroriser, après, peut être qu'ils se tiendront bien".

Je n'y crois pas trop. Les profs qui nous terrorisaient ne nous ont rien appris. Ce que j'ai appris, je l'ai appris toute seule. Ou par un prof qui nous aimait.

Alors tous les matins, je pries, je pries pour aimer les plus turbulents, pour aimer les discrets, pour aimer ceux qui ont déjà tout capté et ont pas vraiment besoin de moi. Pour aimer tout le monde. C'est pas facile. Mais je crois que c'est quand je les aime du plus profond de mon cœur, que j'ai les meilleures idées pour capter leur attention, les faire progresser et participer.