mercredi 17 décembre 2014

Pourquoi mon appareil photo a ruiné mes souvenirs

J'ai eu mon premier appareil photo il y a des années et j'ai cherché à faire des belles images.
Seulement voilà. La photographie comme un art (la recherche du beau) a peu à voir avec la fabrication de souvenirs.

I-La photo absorbe notre énergie pour les choses moins importantes
Que faisons nous quand nous sommes trop occupés à essayer de faire de belles images au lieu de profiter d'une promenade en famille ?
C'est pour ça que je ne prend plus mon appareil photo quand je visite un nouveau lieu, quand je passe du temps avec ma famille. C'est pour ça que j'ai détesté faire des photos au mariage de ma sœur. J'ai fait des images, des souvenirs, d'un jour où en réalité, j'étais occupée à faire des images et des souvenirs.

II-La photo nous fait prendre des personnes pour des fleurs
Quand je suis à la recherche de l'image parfaite, les gens m'importent peu. Ce que je veux, c'est déclencher au moment où ils font la bonne expression, dans le bon cadre. Il y a sur ce blog une série d'image que je trouve sympa, et qui a une histoire terrible. On y voit mon fils avec un chapeau en papier sur la tête, qui rigole, le chapeau tombe. La vérité c'est qu'il a passé de longues minutes à poser, que le chapeau ne tenait pas en place, que je lui ai crié dessus et qu'à la fin, il a pleuré. Des jours plus tard, j'ai regardé ces photos, honteuse, et je me suis demandée si je devais les publier. Je l'ai fait, j'ai écrit un titre qui ne reflétait pas vraiment la réalité. Non, ce jour là, personne ne s'amusait, je n'avais pas fait ce chapeau pour mon fils, mais pour mon ego. Tout ça pour prendre une photo d'une incroyable banalité, qui ressemble à toutes les photos de bloggeuse maman.

III-La belle photo efface nos souvenirs
Je suis tombée hier sur des photos que je n'avais jamais publiées, parce qu'elles étaient banales, pas cadrées, pas nets, pas recherchées. Pourtant il s'agissait des photos à la maternité, de rires de mon fils sur le vieux canapé moche de nos première années, de mon mari qui dormait. Il y a deux longues années non documenté dans ma vie, parce que j'étais trop triste pour faire des belles photos et que les photos du quotidien ne valaient pas la peine à mes yeux d'être publiées.

IV-La photo sera tuée par son abondance
Nous en faisons tant, que nous n'en sommes pas rassasiés. Il y a toujours une photo qui sera plus réussie. Nous faisons une cinquantaine de clichés avec la même pose, le même décors, la même histoire. Nous savons que nous avons droit à l'erreur. Et parce qu'il y en a trop, nous ne faisons plus attention, nous ne les imprimons plus. Un jour tous nos supports numériques seront devenus obsolètes, les données seront perdues. Et au lieu des milliers de clichés que nous croyions posséder, il n'en restera plus un seul. Nous sommes en train de fabriquer une génération qui n'aura de son enfance aucune image, parce qu'elles auront toutes disparues dans le plantage d'un ordinateur ou la perte d'un compte de stockage en ligne.

IV-La photo change la façon dont nous nous voyons
Nous n'aimons plus les photos où nous fermons les yeux, où nous parlons, où nous sommes juste nous. Les enfants d'aujourd'hui ont appris à poser. Ils détectent la présence d'un objectif et s'adaptent. Nous sommes devenu des gens qui se contemplent de l'extérieur. Je déteste me trouver moche à cause d'un angle que je juge peu flatteur. Alors que c'est juste un arrêt sur image, de moi. Pourquoi serais-je laide à un instant seulement ? Et pas à un autre ? Nous avons cessé de nous voir comme une personne vivante, mais comme une image, qui sous une certaine lumière, une pose et avec un certain maquillage donne le meilleur de nous-même. Nous valons plus que ça, nous sommes plus qu'une machine à extraire des images. Nous sommes des êtres humains qui bougent, interagissent, parlent et rient.

J'ai du mal à séparer les deux. Je devrais sans doute acheter un petit appareil compact. Je saurais qu'il n'est destiné qu'à faire des souvenirs. Je saurai que les photos seront laides, bruitées, et ce sera avec ce partie pris que je documenterai notre vie. Peut-être devrais-je limiter mes photos à 10 par an. On les tirera sur papier, et on sera sûr, que c'était des moments importants, où nous nous sentions bien et où nous n'étions pas simplement beaux à regarder sur un blog de maman ratée.

Il parait que mon fils adore ce chapeau, il parait que je lui ai fait parce qu'il adore les chapeaux. Cette photo est la pire que j'ai fait en tant que mère...

vendredi 5 décembre 2014

Ce qui révolutionne vraiment l'éducation




J'aime beaucoup la conclusion : Ce qui fait la qualité d'un professeur est sa capacité à challenger ses élèves, les motiver pour qu'ils se mettent à apprendre, produire l'effort intellectuel pour comprendre. Et surtout, qu'il se sente unique. Ce qu'une vidéo, une animation ne fait pas.

Ça me rappelle tous ces élèves qui ne se sentent pas encore très uniques dans ma classe parce que je n'ai pas encore retenu leur prénom... Malheureusement pour eux, si je suis très physionomiste, ma mémoire des noms est absolument naze. Voilà une chose sur laquelle je vais devoir travailler dur :D

lundi 1 décembre 2014

La chaîne de l'accouchement serein

Alison est thérapeute et se spécialise particulièrement sur l'accouchement. Elle m'a beaucoup aidée pour ma dernière grossesse. Ce que j'aime c'est comme elle parle de la partie émotionnelle de la maternité et son intuition en général. Et puis surtout, c'était la première fois que je lisais les mots de quelqu'un qui alliait l’hôpital et naissance respectée et qui respectait aussi l'équipe soignante.
Cette année elle s'est lancée dans un projet de publication journalière. Deux minutes tous les jours pour se ressourcer et faire des petits défis marrants ou réfléchir. Pour une vision plus naturelle et globale de la naissance. Et puis pour toutes celles qui sont pas enceinte, comme moi et qui aime son ton frais et détendu. (Les trois premiers jours par exemple, elle a parlé de faire liste de ses rêves, de faire une déco de janvier et de faire la différence entre rêve et désir).

La chaîne accouchement serein (développement perso et nature)

La page facebook de l'accouchement serein :
Serein nature

mardi 23 septembre 2014

Un prof doit mater ses élèves

J'ai commencé à la rentrée un travail de professeur de physique chimie.

A peine avais-je annoncé la bonne nouvelle que les conseils pleuvaient. Il y avait les conseils bizarres dont celui qui disait que si j'avais une bonne hygiène corporelle, je serai une super prof (pourquoi passer un master, on se le demande, quand il suffit d'une savonnette pour enseigner les maths).

Puis surtout il y avait tout le reste qu'on résumera à "les élèves sont tous des têtes à claque, il faut les mater". Jusqu'au très sérieux "Les trois premiers mois, tu dois les terroriser, après, peut être qu'ils se tiendront bien".

Je n'y crois pas trop. Les profs qui nous terrorisaient ne nous ont rien appris. Ce que j'ai appris, je l'ai appris toute seule. Ou par un prof qui nous aimait.

Alors tous les matins, je pries, je pries pour aimer les plus turbulents, pour aimer les discrets, pour aimer ceux qui ont déjà tout capté et ont pas vraiment besoin de moi. Pour aimer tout le monde. C'est pas facile. Mais je crois que c'est quand je les aime du plus profond de mon cœur, que j'ai les meilleures idées pour capter leur attention, les faire progresser et participer.

mercredi 2 juillet 2014

Mes recherches végétariennes, la VITAMINE B12 et le caca (titre glamourissime)

J'avais annoncé notre virage végétarien sur conversion religieuse (genre conversion de convertie. Du point de vue alimentaire je suis donc devenue une mormone radicale). Seulement, être végétarien n'est pas sans risque.

Je vais parler de la vitamine B12, ou pourquoi vous devriez sérieusement y songer, même si vous n'êtes pas végétarien.


Je n'ai pas envie de faire le traditionnel résumé biologique sur la vitamine B12, personne n'a envie de savoir que ça vient de tel truc enzymachin et que le nom scientifique est un horrible latin-chimico-grec. Pour résumer, sans vitamine B12 vous perdez votre cerveau à une échéance de 7 ans et la majorité de la population est carencée. Les végétaliens le sont à coup sûr si ils ne font rien, les végétariens à presque coup sûr, et les omnivores ont une chance sur deux.

Pourquoi ? Parce que la B12 est fabriquée dans nos excréments et que c'est plus trop à l'ordre du jour de manger ses excréments (mon fils a bien tenté une fois, mais depuis, je vous jure, il le fait plus).
Les herbivores mangent de l'herbe contaminée, donc ont de la B12, les carnivores mangent les herbivores et leur B12 avec (sachez que les excréments des carnivores sont toxiques au contraire de ceux des herbivores. ça me motive pas plus pour tenter l'expérience, mais ça explique un peu mieux le comportement du règne animal)

Et l'homme ? L'homme nettoie ses légumes. Et mange des animaux élevés en batterie qui ne peuvent donc pas manger leurs excréments (ou ceux des vers de terre, c'est tout pareil pour la B12). Donc on est obligé de supplémenter les animaux avec de la B12 fabriquée artificiellement. Techniquement tous les humains mangent de la B12 qui sort de la même usine. Y a juste une partie qui la fait transiter par un steak avant.


Malgré cette supplémentation et la grande consommation de viande de l'homme aujourd'hui, la majorité des humains sont carencés. C'est un triste symptôme d'une production intensive. La supplémentation reste un moyen plutôt simple.
Donc ma grande quête maintenant, c'est de trouver de la B12 pour toute ma famille. Ici ils la vendent soit en suppositoire, soit en injection. Je préfère la version américaine par patch :) Je vous dirais quand j'aurais trouvé la bonne version.

Attention pour les végé, la vitamine B12 de la consoude, des algues, etc. n'est pas sous une forme assimilable. Et celle produite naturellement par nos intestins l'est à un stade où il n'y a plus d'assimilation, donc à moins que vous mangiez votre propre... bref... La seule B12 qui nous est profitable est fabriquée dans les excréments. Ou par des conditions reproduites en laboratoire.

mardi 17 juin 2014

Juste après l'accouchement

J'ai accouché y a un petit moment (plus d'un an), mais j'ai une petite pensée pour toutes mes amies qui viennent ou vont avoir sous peu un bébé. Le post-partum (ou littéralement après accouchement) est une période délicate où on est très fatiguée. Mais pas que. J'en profite pour vous offrir une affichette à imprimer, à mettre sur la porte de votre maison pour les deux premières semaines. (Ou à offrir à une nouvelle maman que vous connaissez).






Et sinon, voici les 10 choses que j'aurais voulu qu'on me dise avant :

1) Qu'on a une merveilleuse excuse pour ne pas faire le ménage. Que quand on nous visite et que c'est le foutoir, c'est un message inspirant qu'on offre à nos amis : "Je suis une humaine normale, comme vous".

2) Que j'allais aimer dormir autant que mon bébé. Ses siestes sont devenues mes siestes.

3) Qu'un petit bébé n'est pas vraiment crasseux, même après deux jours sans bain, parce qu'on lui essuie tellement les fesses que tout ce qui est susceptible d'être cracra est la chose la plus propre de la maison désormais.

4) Que c'est le seul moment dans sa vie sans doute, où on peut demander à TOUT LE MONDE de faire nos tâches ménagères. A commencer par notre mari si ce n'est pas déjà dans ses habitudes. Les gens offrent souvent le fameux "si y a quoi que ce soit que je puisse faire". Obéissez et trouvez une tâche à tous vos visiteurs. Étendre une machine, ou faire une vaisselle, ou balayer le salon. Appelez votre mairie aussi. Après l'accouchement vous avez droit à une aide au ménage à très très bon prix (genre 3€/h).

5) Que pleurer fait du bien. Et qu'après ce bon boulot, on mérite tellement une crise de larme salvatrice, qu'on fera presque toutes un petit baby blues (entre 1h et quelques jours de larmes revigorantes pour aucune autre raison que notre bien-être).

6) Que même si on tombe pas toute amoureuse immédiatement de notre bébé, ça viendra comme une lente et profonde histoire d'amour qui se construit doucement.

7) Et que même si on a pas eu le coup de foudre chimique pour le premier, ça pourrait nous tomber dessus pour le second et que purée, c'est épatant.

8) Que voir son ventre mou post-accouchement va nous rendre vachement profond et mature sur la beauté intérieure et ce qui compte vraiment. Et que malgré tout, après un an, on se rend compte que nos vergetures qu'on croyait avoir gagné pour toujours, sont en train de s'estomper gentiment.

9) Qu'on va avoir les seins les plus gros qu'on a jamais eu -même les seins de grossesse, c'était rien- et qu'on va être temporairement un tout petit moins mâture sur la beauté intérieure.

10) Que j'allais vraiment avoir un amour renouvelé pour ma mère en songeant qu'elle aussi a eu des hémorroïdes pour que je sois là aujourd'hui (et des fuites urinaires, et peut-être même une constipation de un mois...) love you maman !

samedi 14 juin 2014

Pourquoi, en tant que mormone, j'ai décidé de devenir végétarien saisonnier

J'ai eu ma bénédiction patriarcale à 13 ans, c'est une révélation particulière, que les mormons reçoivent une fois dans leur vie si ils en font la demande. On y trouvait un passage qui me disait spécifiquement que je devais suivre la parole de sagesse (les interdits alimentaires mormons). Certaines bénédictions découleraient de mon obéissance à ce commandement. J'avais trouvé ça étrange à l'époque, parce que la parole de sagesse n'est vraiment pas quelque chose qui me pose problème. Je n'ai aucune envie de boire de l'alcool, de fumer ou de boire du café. J'aurais même du mal à le faire tant l'odeur me répugne. Quant au thé, je n'ai jamais été une grande fan des tisanes, alors le thé...


Ma sœur jumelle est devenue végétarienne après avoir quitté l'Eglise, elle m'a parlé rapidement de ses motivations. Je les comprenais, mais je ne suis pas allée plus loin.

Je me suis aussi spécialisée entre autre dans une branche environnementale pendant mes études d'ingénieur. Donc je savais que la consommation de viande est la cause de la faim dans le monde et est responsable d'énormément de pollution et d'épuisement des ressources (plus que les voitures en fait, et plus que la douche, c'est vraiment une énorme source de pollution)
Je mangeais peu de viande. Mais je n'avais pas vraiment changé mes habitudes à part pour le poisson dont la pêche est une des plus grandes catastrophes écologiques de ce siècle.


Puis je suis tombée très malade. Une maladie chronique qui est vraiment invalidante pendant les crises. Et ça m'a ramenée à ma bénédiction patriarcale, qui me promettait une bonne santé si je suivais la parole de sagesse. J'ai relu la parole de sagesse. On y lit qu'il ne faut manger de la viande qu'en hiver ou en temps de famine. Et toujours avec modération et action de grâce. Ça m'a intriguée. Mais je n'ai rien changé.

Il y a peu, j'ai demandé une bénédiction de santé à mon mari pendant une crise très pénible. Il s'est senti poussé à me dire de relire la parole de sagesse. Ce que j'ai refait. Sans rien changer encore une fois à mon alimentation.



Les mois qui ont suivi, j'ai lu les écritures, tombant régulièrement sur des histoires qui parlaient de végétarisme. J'y ai lu entre autre que :

-Adam et Eve étaient végétariens, que l'autorisation de consommer de la viande date de Noé.
-Que Daniel a suivi un régime strictement VEGAN (sans aucun produit animal) pendant 3 ans et qu'à ce terme il a été choisi par le roi Nébukanetzar parce qu'il se démarquait dans tous les aspects des autres jeunes (physique, intellect)
-Que Paul dit que ceux qui prônent le végétarisme ne sont pas de Dieu
-Que les mormons reprennent ce passage, tout en précisant "cependant malheur à celui qui gaspillera la chair des animaux"

et enfin, le fameux passage de la parole de sagesse.



Au terme de cette période, j'ai décidé que j'avais eu suffisamment des réponses. Nous sommes en été. Donc je suis en ce moment végétarienne.

Je ne sais pas si je guérirai un jour. Ce n'est pas pour ça que je le fais. Je le fais parce qu'après dix ans de rappels subtils, j'ai fini par reconnaître que Dieu attendait de moi que je suive ses commandements.


Et je remercie aussi la blogosphère végan et végé, qui m'a aidée à opérer ce changement dans mon alimentation (devenir végétarien ne consiste pas juste à supprimer la viande, il faut pouvoir la remplacer). J'ai fait ces dessins ce matin en pensant à eux.

vendredi 30 mai 2014

Carte dinosaure



Vous pouvez télécharger la carte dinosaure à découper et colorier. Découpez le long des pointillés avec un cuter (ou avec la pointe d'un ciseau), puis insérer le dinosaure dans la fente.


jeudi 29 mai 2014

Elephant en papier

Vieille photo, d'un vieu projet

C'était un jour où j'avais envie de finir ma journée en me disant que j'avais fait quelque chose de ma vie. Alors j'ai fait un éléphant. J'avais vu un truc comme ça sur internet, je me suis dit "facile, les doigts dans le nez, allez je me dégote une photo d'éléphant dans Geo, du papier, du scotch..." Comme d'habitude quand je me lance dans ce genre de chose, c'est tout sauf les doigts dans le nez. A la fin je jure que plus jamais, que la prochaine fois, je ferai comme tout le monde, j'imprimerai un kit déjà prêt. Et puis le lendemain, c'est un autre truc (je rappelle que ma robe de mariage était un projet doigt dans le nez, qui s'est fini la veille à minuit à envisager de me marier en jean, les projets doigt dans le nez, c'est l'addiction que j'ai pas encore surmontée)

A l'heure où j'écris, la trompe a été coloriée par Seth (ainsi qu'un peu de tapisserie, on respire par le nez)...

Mormons à Moscou

J'ai fait une vidéo en time lapse de certains lieux de Moscou. Et j'en ai profité pour faire une vidéo sur les 13 articles de foi de l'église de jésus Christ des saints des derniers jours. Je pense que j'en ferai d'autres quand j'aurais un trépied, peut être la place rouge, l'église Saint Basile, ou des scènes de nuit, ça me tente bien :)




Il y a plusieurs paroisses à Moscou, dont une internationale. Je fais partie de cette dernière, où notre famille est la seule française, mais pas la seule francophone. Notre paroisse a une petite centaine de membre (la population varie beaucoup au grès des arrivées et des départs des expatriés). Quand je parlerais suffisamment bien russe, j'irais sans doute dans une paroisse russophone.

jeudi 22 mai 2014

Cuisiner avec des enfants

Je suis auteur sur la thématique "nourriture et enfants", dans un blog écrit à plusieurs. J'ai fait quelques articles sur la nutrition et sur comment faire aimer les légumes aux enfants. Mais le dernier parle plutôt de comment cuisiner AVEC les enfants.

J'avais déjà fait un article ici, il y a deux ans, entre temps, je me suis rendue compte que ce qui me limitait vraiment dans le fait de cuisiner avec mon fils aîné, c'était une faible tolérance que désordre. Je n'aime pas faire le ménage. Vraiment.

Donc visualiser un petit garçon qui fait tomber la moitié des ingrédients par terre m'arrête souvent dans mes élans de cuisine mère/fils. Si vous voulez lire mon astuce spéciale mère maniaque, c'est par ici :



Par contre ce blog va pas vraiment quelque part, je m'y investi peu, partage peu avec l'extérieur. Je me demande ce que j'ai envie d'y mettre. Peut être qu'il faudrait simplement que je trouve un aspect en particulier de la vie de mère au foyer à mettre en avant. Si un lecteur fantôme passe par là, avis bienvenus.

mardi 13 mai 2014

Activité Dinosaures

J'aime l'idée qu'un enfant apprend en s'amusant. Ce matin, on a fait plein d'activités simples sur un sujet qui lui plait. En ce moment, c'est les dinosaures. On a fait une carte dinosaure animée, on a peint un œuf, avec des tâches, il a remis ensemble les syllabes du mot DINOSAURE, l'a écrit, en a colorié des tonnes. En tout, ça nous a occupé une petite heure. Et il était super content.



mardi 15 avril 2014

The Zazoo - Littlebilingues

Nous allons le dimanche dans une paroisse anglophone et c'est très dur pour Seth. Je l'entends tenter de parler français avec un accent anglais, puis le vois déçu et perplexe de ne pas être compris. Je cherchais un moyen de lui apprendre l'anglais et pour être honnête, j'étais partagée entre le mythe du "si tu lui parles qu'en anglais, il finira bien par comprendre" et "je vais passer un an à trimer pour qu'il sache des choses aussi inutiles que les couleurs".

Et puis je suis tombée sur les zazoo, un concept de livres bilingues. Il faut savoir que Seth a 4 ans et qu'il adore qu'on lui lise des histoires. Bref, les Zazoo, c'est sans traduction littérale : Les personnages se répondent, tantôt en français, tantôt en anglais. Je n'étais pas convaincue qu'il accrocherait, encore moins que ça l'aiderait à apprendre l'anglais.


Eh bien je suis transportée.

Non seulement Seth a tout de suite eu son Zazoo préféré (Croc et son Minicroc), mais il a immédiatement essayé de prononcer les phrases, cherché à apprendre les mots de vocabulaire de la fin du livre. Il dessine les personnages, demande à relire l'histoire. En terme de motivation, je pense que c'est bon. Je sais pas si ça marche pour tout le monde, mais ce concept marche super bien sur mon enfant, francophone, de 4 ans. L'avantage c'est qu'il y a un e-book gratuit sur le site et que du coup, vous pouvez tester si cette méthode accroche avec votre enfant.

Il y a aussi des activités gratuites, mais je ne les ai pas encore faites. Vous pouvez allez fouiner dans le matériel gratuit des Zazoo bilingues

samedi 29 mars 2014

Point du mari et épisiotomie abusive

Pour celles qui n'ont pas vu passer le buzz : On se rend compte, qu'aujourd'hui, en France, certains médecins rétrécissent des vagins, sans même en parler à la mère, après un accouchement. Donc, comme au fin fond de certaines campagnes africaines, des femmes souffrent pendant leurs rapports sexuels, parce que des hommes ont pensé que ce serait bien qu'elles aient un vagin plus étroit, et leur ont donc cousu les petites lèvres.



Je n'ai pas envie juste d'en parler. J'ai envie que ça change. Imaginez ce qui se passerait si les femmes, tout d'un coup se rendaient compte qu'on les a mutilé sexuellement. Vous faites peut-être partie de ces femmes qui ont été mutilées et qui ne le savent pas, ou pensent que ce n'est pas si grave. Ou vous avez peut être une amie qui est concernée. Vous avez eu une épisiotomie ? Faites le test, et faites le passer à des femmes qui comptent pour vous. Regardez la vidéo (3minutes) et faites-la tourner.

Découper ou coudre un vagin sans raison médicale est une mutilation sexuelle


Une vidéo qui retourne votre vision de l'épisiotomie en 3 minutes

mercredi 19 mars 2014

Analyse du marché et bougies parfumées

Ça faisait un moment que j'avais pas parlé d’entrepreneuriat. J'ai fait une croix temporairement sur ce projet (notamment parce que j'aimerais finir plusieurs projets de romans qui n'ont pas bougé depuis un an). Mais ça m’intéresse toujours. J'aime découvrir un marché, chercher des trucs sur les pratiques des utilisateurs. J'aime parler de ce sujet, me rendre compte que je connais des gens qui ont des entreprises. Toute sorte d'entreprise. J'ai une amie qui a une entreprise familiale. Elle vend des bougies.

J'avoue que la première fois que j'ai vu le truc, je me suis dit "ça peut exister ce genre d'entreprise ? Je veux dire, y a des gens qui achètent leur bougies ailleurs qu'à IKEA ?" (Ceux qui n'ont pas saisi encore : Je suis pas DU TOUT dans la clientèle cible. J'ai peur que ça prenne feu avec le mobilier, je vois pas l’intérêt d'en allumer hors coupure de courant et je trouve pas ça particulièrement design, peut être parce que je suis une quiche en décoration intérieure).

Je viens de passer une petite heure à googler le nom pour tomber sur une communauté de dingues de la bougie. Des gens qui remercient le ciel (j'exagère pas), que ces personnes distribuent enfin cette marque en France. Des gens qui sont capable de se plaindre des composants de tel produit par rapport à celui-là (y a des composants dans les bougies ? Les bougies, c'est pas juste fait avec de la cire de bougie ?!), ou encore de vous conseiller telle bougie, pour telle activité. Voir de suivre les saisons et de se mettre à la page (les senteurs fleuries de ce printemps sont différentes de celles vendues pour noël, etc. etc.)

Si vous faites partie de ce groupe de gens bizarres (je ne juge pas, ma mère aime les coussins et les maniques et ma sœur les cahiers), je vous file bien sûr le lien vers le site : Bougies parfumées Salt City

En tout cas, c'est super jolie. Cette bougie sent à travers mon écran. Si il y a autre chose que j'ai appris pendant mes études, c'est qu'il ne faut JAMAIS négliger l'aspect visuel et qu'un bon graphiste ou un bon photographe ne sont pas une option...

Je serais infichue de faire une critique du produit étant donné mon non-intéret pour les bougies. Comme je n'ai pas spécialement de partenariat avec la marque, je vais tenter de faire un compte rendu objectif. Sur le web on peut lire qu'elles sentent divinement bon (plus que les concurrentes apparemment), que la livraison est impeccable et l'après-vente super sérieux, et que le point très négatif (avec des "c'est un scandale", "insupportable", etc.) c'est que parfois la mèche n'est pas centrée, mais malgré cet horrible défaut, ils sont tous accro.

Ça m'a presque donné envie de tester, tellement j'avais l'impression qu'ils parlaient d'une nouvelle drogue.

Cette histoire m'enseigne une chose : Il vaut mieux créer une entreprise sur un sujet qu'on aime et qu'on maîtrise, partager la même passion que ses clients. Et aussi qu'il y a des niches insoupçonnées. J'ai plus qu'à faire une entreprise de féminisme. Gosh, ce serait fabuleux.

mardi 18 mars 2014

Idées de bon pour

J'aurais aimé appeler cet article "le syndrome du piano" ou "pourquoi il faut sérieusement que je pense à mon indépendance financière ?", mais "idées de bon pour" semblait plus efficace.
Noël dernier, mon mari m'a offert un piano. Je crois que c'est le plus gros cadeau que j'ai reçu à ce jour (à part la vie, merci maman). Je suis mère au foyer sans revenu. Et hier c'était l'anniversaire de mon mari.

Je ne saurais pas expliquer comment c'est arrivé, tellement c'est stupide, mais je me suis retrouvée le soir de l'anniversaire... sans rien. Rien du tout. J'ai réfléchi pendant un mois, la semaine qui a précédé, la journée durant, angoissant à l'idée de ce qui allait arriver.

Je ne pouvais pas faire un cadeau aussi cool qu'un piano.

Et même si dans nos têtes, l'argent qu'on a, est l'argent de la famille et pas celui de Raymond (tout comme les enfants dont je m'occupe sont nos enfants à tous les deux, et pas juste les miens), j'arrivais pas à me sortir de la tête que c'était lui qui l'avait gagné. Je me voyais mal lui offrir une soirée au Bolchoï pour lui demander de payer les tickets à l'arrivée. On va passer sur la longue discussion à propos de la vulnérabilité financière des femmes au foyer (qui a été bien mise en lumière pour le coup). Je lui ai proposé de lui faire une semaine d'anniversaire. Et c'est partie pour les bons.

Donc on a :
- Un stock de deux semaines de chocolat qu'IL planquera quelque part (vous avez pas idée à quel point c'est important qu'il le cache lui-même)
- Un objet mystérieux (qui sera un produit alimentaire russe random qu'il a juste jamais acheté)
- Un cours de danse en couple sur YOUTUBE (je pense qu'on va tenter le tango ou le rock)
- Un repas en amoureux (sans les enfants), dont il dresse lui-même le menu
- Un cadeau utile et pas glamour (il a besoin d'un nouveau pantalon)
- Un massage (on a une blague débile, avec Booda Massage (oui, booda, pas bouddha, qui revient régulièrement à chaque fois qu'un bon pour pointe le bout de son nez)




Si vous avez d'autres idées de bon pour qui cartonne, lâchez-vous. Les bon pour sauveront le monde.

jeudi 6 mars 2014

Résumé de la méthode Pantley

J'ai testé la méthode Pantley. Voici un petit résumé de la méthode et comment je l'ai vécue

Votre bébé ne s'endort que dans vos bras ou au sein

Mon fils ne s'endormait qu'en tétant. Si je le décrochais doucement, il se réveillait. Je passait beaucoup de temps à l'endormir, puis à tenter de le poser délicatement dans son lit sans le réveiller. Parfois il fallait même que je reste allongée à coté de lui pour qu'il dorme.
Au bout d'un moment, je n'en pouvais plus.

Vous ne souhaitez pas laisser votre enfant hurler jusqu'à l'endormissement

Des personnes qui m'aimaient et me voyaient au bord de la crise de nerf m'ont suggéré de le laisser pleurer. "Il finira bien par s'endormir", "il te manipule", "c'est pour son bien", ou encore "c'est pour TON bien". J'ai déjà fait cette expérience avec mon premier fils. Non seulement il a hurlé pendant 2h (littéralement), mais ça l'a rendu encore plus accro pendant quelques temps et ça m'a durablement traumatisée. Je ne veux juger aucune mère qui utilise cette méthode, simplement elle ne me correspond pas.

C'est là qu'arrive la méthode Pantley pour les enfants de plus de 4 mois.

Les étapes de la méthode Pantley

Si votre enfant s'endort dans vos bras, c'est que c'est le bon moment pour lui. Donc partons de l'hypothèse que vous avez déjà cerné ses signes d'endormissements et que vous tentez de le faire dormir quand il en a besoin, quand il n'a pas faim, pas soif, que tout va bien dans sa vie.

Etape 1

Endormez-le comme d'habitude. Quand il s'endort commencez à chanter une chanson qui sera son repère. Dites les mots clés également (par exemple : Tu vas dormir, je vais te mettre dans ton lit). Puis posez-le dans son lit.
Il va pleurer, comme d'habitude.
Prenez-le alors à nouveau dans vos bras. Il comprendra ainsi que vous ne l'abandonnerez pas.
Recommencez le processus. (Bercer, donner le sein, chanter quand il commence à être calme, dire les mots clés, coucher, reprendre dans ses bras quand il pleure).

Cette étape peut durer plusieurs jours. Au début, il ne s'endormira peut être pas dans son lit, même après 10 tentatives. Prenez ça comme un entrainement.

Attention : ne chantez pas la chanson quand il pleure. Seulement quand il est calme et presque endormi.

Etape 2

Pantley pense qu'il faut casser l'association succion (sein, tétine, biberon) / dodo. Pour se faire, calmez votre bébé comme d'habitude, puis enlevez délicatement le sein, la tétine ou le biberon quand il commence à s'endormir. Ça ne lui plaira pas et il pleurera, rendez-lui ce dont il a besoin. Et recommencez. Comme l'étape 1, ça peut durer un certain temps. Après quelques tentatives, laissez-le s'endormir sans l’embêter. Ça viendra. (personnellement, en le réveillant 3 fois, ça a pris un jour).

Etape 3

Faites l'étapes 1 et 2 quand il se réveille la nuit (calmer, chanson + mots-clés, puis au lit. Reprendre quand il pleure et recommencer)

Etape 4

Chantez la chanson sans le prendre dans vos bras, juste en posant une main bienveillante sur lui

Etape 5

Chantez sur le pas de la porte

Etape 6

Chantez derrière la porte ! (Elle est magique cette Pantley)

Témoignage

Ça marche. Même si il y a parfois des petits retours en arrière (l'étape 4 était finie et hop, un petit retour à l'étape 1 pendant un jour ou deux). En une semaine j'avais fait tellement de progrès avec mon fils. Maintenant, il arrive qu'il se tortille dans mes bras pour aller dans son lit quand j'arrive près de son lit, et qu'il s'allonge tout seul. De temps en temps, il nous arrive d'avoir des tétés-câlins. Parfois on fait des siestes tous les deux. Mais ce n'est plus une obligation.

Si vous connaissez une maman désespérez, faites-lui passer le message : Il y a de l'espoir :) (et allez lui acheter le livre de Pantley, il est merveilleux)

mercredi 26 février 2014

Déguisement Chihiro sans Chihiro

J'aime pas trop le carnaval parce qu'il faut aller dehors, et qu'à cette période, il fait froid. Et en plus, mettre un manteau, ça ruine un peu les déguisements. Je sais même pas si il y a une parade ici. En tout cas, j'ai pas prévu d'y aller.
Cette année, mon fils a voulu se déguiser quand même. On a réfléchi ensemble et comme il aime beaucoup chihiro et a une tendresse particulière pour l'esprit sans visage du film, on a commencé à chercher des vêtements noirs pour lui faire son costume.
Puis tout naturellement, Tibère s'est retrouvé en couche pour incarner le fils de Yubaba et j'ai enfilé ma polaire et une jupe pour faire Yubaba. (Normalement y a deux pieds de collants qui dépassent pour figurer les pieds de la sorcière, mais l'effet est pas très probant)

Je crois que mes costumes à l'arrache avec trois tee-shirt, du papier et du scotch lui conviennent pour le moment. Il m'appelle Babayubaga maintenant.


Faudrait que je fasse un tuto pour vous montrer comment on fait un chignon Yubabesque en 2 minutes chronos (même si ça l'éloigne un peu de la thématique maman).

Maintenant que je l'ai fait en mode débrouille-toi, j'ai envie de faire ça plus sérieusement, genre maquillage avec les rides, le gros nez, vrai costume...


Tu seras bilingue mon fils !

Y a cette fierté du parent bilingue. Tu sais : "Mon fils parle deux langues, tu comprends, c'est un atout dans la vie". Je planifie déjà ce moment où ma progéniture rentrera dans cette très grande école de commerce... russe. Non. Bon OK. Il pourra lire du Tolstoï dans le texte.
L'enfant bilingue en serbo-croate n'a pas cette chance. 
Passons donc sur le fait que le russe ne va pas lui ouvrir la voie d'une carrière internationale de folie (sauf si il se spécialise dans le commerce de la betterave, encore que la betterave française est pas mal non plus).
Pour le moment je travaille dur à lui inculquer les rudiments de la langue de Poutine. J'ai de magnifiques résultats. Il a capté la phrase russe "qui se cache dans le jardin ? c'est un crocodile bien sûr" de son premier livre d'histoire. Il nous a donc fièrement expliqué que Kaniechna ("bien sûr") veut dire Krokodil ("crocodile" zavez-vu ? Vous parlez russe vous aussi !)
Quand les vieilles dames lui demandent "Comment tu t'appelles ?" Il répond "Comment tu t'appelles Seth".
Et quand on lui dit Paka ("salut"), il répond Bye Bye.
Restait mon espoir de le voir lentement assimiler la langue grâce aux dessins animés. Il sait donc très bien dire Miké Maouss* (*Allez, je traduit pour les non-russophones : Mickey Mouse) avec l'accent et tout et tout. Prochaine étape, Tolstoï.


Champion du monde de Russe
(en vrai, il venait de se siffler une demie-tablette
 de chocolat et ça le rendait très heureux)
 Sinon, nos carottes et nos gousses d'ail bilingues se portent comme des charmes.
Gousse d'ail russe s'épanouissant
dans un environnement francophone






dimanche 16 février 2014

Des nouvelles de la Sainte Russie (nous ne sommes pas morts)

Ma mère grand m'a demandée où on pouvait me lire. Concrètement, c'est ici. Mais je ne suis pas très assidue. Alors voici quelques news. J'aime pas trop ce genre d'article pèle-mèle, mais on fera avec.

D'abord il y a Seth qui aime se faire prendre ne photo. Des fois c'est un peu relou. D'autre ça désamorce des situations "non tu n'auras pas de chocolat, là, regarde, un appareil photo !" Il aimerait bien en prendre lui même d'ailleurs. J'ai songé un instant à lui acheter un appareil chip d'occasion avant de me rendre compte qu'un faux en carton était parfait, tant qu'il pouvait regarder dans un viseur. Voir qu'un rouleau de papier toilette faisait l'affaire. (Je sais, j'ai honte, j'ai envisagé d'acheter un appareil photo à un gamin de 3 ans. C'est mal)


Nous avons visité un magnifique grandissime musé de paléonto. Genre, j'ai été vraiment très impressionnée tant par le bâtiment que par la collection. Et au lieu de vous montrer ce chef d'oeuvre d'architecture, je vous montre celle du dino qui faisait du lap danse.
C'est mon coté maman nature. On fait pousser des carottes, du panais et de l'ail, avec les déchets d'épluchure. Tous les matins Seth donne de l'eau à ses plantes. C'était au tout début.

 Et là, Seth vous montre avec fierté qu'une gousse d'ail mise dans l'eau la veille, a déjà des petites racines qui sortent du derrière (à l'heure où je vous parle, la pousse verte fait 10 cm, je suis sur les fesses).
Là c'est Seth. Enfin une photo où il fait pas de pitre. Que j'aime bien. Bref.
 Et là c'est le moment où je vous avoue que les photos de bébé qui pleure me font marrer. Tibère était très très faché, alors j'ai mitraillé en me marrant (ouuuuh, la mère indigne)

Je suis triiiiiste
Ah non en fait, grosse marrade
Tout compte fait c'est rigolo de crier



 Et là, c'est un musée ? Non, c'est juste le métro. Normal.


Voilà, voilà. C'étaient mes photos préférées des derniers jours.


Ah, j'ai oublié. Tibère marche et ça c'était une vieille photo d'il y a un mois où il était plus gros et plus chevelu. Mais pas de panique, même si la marche l'a fait un peu fondre, il a toujours des bonnes cuisses pleine de cellulite divine. Il est toujours allaité et il sait dire "allô" (avec mon portable ou sans) et "non non non"

Tibère Grassouillet premier maaaaarche
(parfois même sans se tenir aux toilettes)

Allo Allo Allo

vendredi 17 janvier 2014

Néphi, ou mon amour mormon de V. Lassalle

J'ai pas l'habitude de faire des fiches lectures sur ce blog. Mais ce roman a quelque chose de particulier. Il correspond tout à fait à un autre projet que j'ai (littérature centrée sur le mormonisme, sisi, ça existe).

Bref, Néphi, ou mon amour mormon, c'est un roman écrit par une non-mormone. D'ailleurs elle nous défonce bien comme il faut dedans... Mais... Mais j'ai adoré. J'ai adoré d'abord parce que l'auteur écrit très bien. Ça fait chick-lit lettrée. C'est ultra drôle et plein de sarcasmes.
Malheureusement, c'est auto-édité, ce qui veut dire, fait avec les moyens du bord, donc venez pas me taper en me disant "il restait des fauteeees". Je sais, c'est la vie, il y en a quand même vachement moins que dans la première version de 50 shades of grey (que je n'ai pas lu, mais qui de réputation était bourré de YOUR au lieu de YOU'R).

Bref, passons sur les détails techniques. Que trouve-t-on dans Néphi... On trouve une jeune fille très très riche, très très californienne jeunesse perdue/dorée/droguée (pas elle, mais ses potes), dont la mère se remarie en 15e noce avec un mormon.
Néphi, c'est le patelin (qui existe) dans lequel elle atterrit. Et Joseph, c'est le fils ainé de la famille, avec qui ça va être tendu tendu. Très classique. Ils se frôlent, il la déteste, ils s'insultent. Une romance assez light (ce n'est finalement pas le thème central du texte) et malgré tout très profonde sur les thèmes du désir et de la foi.

Je vous préviens, c'est de la vraie vie, on a la mormone teigneuse, la mormone sympa, celle qui tombe enceinte (et vraiment, ça a beau être dans le cliché anti-puritain le plus total, j'ai trouvé cette scène dramatiquement réaliste), celui qui ne suivra pas la loi de chasteté... C'est pas une éloge au mormonisme, ça n'a pas été créé pour.

J'ai décidé de vivre dans un monde parallèle où les mormons seraient un peu comme nous, mais pas exactement, et de lire cette vision du mormonisme par une personne de l'extérieur. L'auteur a dû passer des heures et des heures à se documenter sur le sujet (même si il reste plein de petits trucs qu'un vrai mormon traque comme Charlie et son bonnet rouge).

A lire donc si vous aimez :
-Un style incisif
-Les années lycées
-Les romances

C'est moins de 2,68 € sur Amazon : http://www.amazon.fr/NEPHI-ou-mon-Amour-Mormon-ebook/dp/B00HDE7IA6/ref=cm_cr_pr_product_top


Pour un éventuel lecteur mormon : pas de scène de sexe détaillées, enfin juste évoqué, mais bon, ça parle de sexe quand même. Et il y a des gros mots. Et des mormons qu'on regarderait en les jugeant très fort.

Et si l'auteur passe par là : je meurt d'envie de discuter avec toi, savoir ce qui l'a motivée, etc. laisse ton adresse mail (que je supprimerai) qu'on papote.

jeudi 16 janvier 2014

Gluten-free...Monde pourri

Après ma grossesse, j'ai développé une intolérance au gluten. J'ai mis du temps à comprendre pourquoi j'étais malade.
Plus de gluten, ça voulait dire plus de chocolatine. Du tout. Jamais.

Bien sûr j'ai eu ma période de choc :
-> Quoi ?!? Plus de chocolatine ?!

de dénie :
-> rahhh, je suis pas vraiment intolérante au gluten. J'ai pas vraiment eu de diagnostique d'un médecin. C'est peut être par hasard que tout est rentré dans l'ordre.
Tiens, ah non.

de colère :
-> Seth, espèce de petit ingrat ! Tu manges ta chocolatine sans même te rendre compte qu'il y a des gens qui souffrent dans le monde.

de marchandage :
-> Alors un petit écart de temps en temps, hein, c'est pas grave. Juste une part de gâteau. Y a un tout petit petit petit peu de farine.
Le lendemain et la semaine qui suit "Ok, plus du tout, j'ai compris"

Et là, j'étais bien à nouveau, après deux semaines de sevrage complet mes symptomes avaient disparu. Et puis ça recommence. Là je comprends plus rien. Je prends mon dico, j'attrape le seul truc qui pourrait contenir une trace, mon seul produit transformé autorisé.
PAF ! Les galettes de riz (savoureuses au passage)... C'était des galettes de blé soufflé. Les russes ont un mot spécial pour blé complet -_-

Je crois que je suis à nouveau au stade colère (et purée, elles étaient vraiment bonnes ces galettes, j'avais cru un moment qu'il existait des produit sans gluten qui soient bons)

vendredi 10 janvier 2014

Najat Vallaud et le féminisme

J'ai eu mon premier enfant en école d'ingénieur.  L'absence de procédure, de loi couvrant les mères-étudiantes, de statut conciliant les deux états m'ont montré que l'élite féminine ne doit pas se reproduire.  Au nom de l'égalité, on nie sa possible maternité.
Aujourd'hui je suis diplômée et mère au foyer par choix. Je constate à nouveau le mépris dont font l'objet les mères. Alors qu'il y a plus de mères au foyer que de professions libérales (au hasard, toutes les épouses de ces messieurs avocats et médecins, auquel on rajoutera toutes les autres... ), il n'y a même pas de case "mère au foyer" sur vos formulaires.
Vous nous méprisez donc, et cherchez à nous sortir de notre misère sociale. Soit.

J'aimerais comprendre votre logique : Les femmes doivent travailler. Pour cela nous payerons donc d'autres femmes, mais pauvres celle-la. La femme riche doit travailler, la femme pauvre doit garder les enfants des autres. Libérons les femmes du schéma femme=gosses, mais que les riches.

Nous sommes en France, ce pays a le taux de natalité le plus élevé d'Europe. J'y ai longuement réfléchi et voilà mon analyse : c'est parce que les femmes ont le choix. C'est parce que je croyais que ce serait facile que j'ai eu mon premier enfant en plein milieu de mon cycle ingénieur (et je m'étais lourdement trompée, mais passons). Les crèches sont nombreuses, les assistantes maternelles également, l'Etat subventionne le secteur de la petite enfance au 3/4, et c'est bien. L'école maternelle à 3 ans est également un levier fort. On comparera avec la situation de l'Allemagne qui ne prend pas en charge les enfants toute la journée, et seulement après 6 ans. Les femmes savent qu'elles peuvent concevoir sans que cela ne pénalise trop leur travail. A contrario, je vais prendre l'exemple de la Russie : Dans ce pays, les mères, souvent divorcées ou célibataires, subissent une pression économique qui ne leur permet pas le luxe de rester au foyer. J'ai parlé avec plusieurs d'entre elles (puisque je vis actuellement en Russie), et j'ai entendu plusieurs fois, que c'est une grande fierté pour un mari que de permettre à sa femme de s'occuper au foyer de son enfant. Seuls les plus riches le peuvent.
Les femmes russes adorent leurs enfants. Elles en ont en général qu'un seul. La natalité est un problème démographique majeur de ce pays qui a pourtant mis en place des mesures financières incitatives.

Si vous voulez que la France garde ce merveilleux avantage, il faut que vous continuiez à permettre aux femmes d'avoir le choix. Pas l'obligation. Le choix.

Et puis si au passage vous pouviez vous attaquer au caractère dégradant de la femme au foyer, plutôt qu'au statut en lui même, ce serait très féministe de votre part.

mercredi 1 janvier 2014

Cadeau de noël entièrement fait main et gratuit

Cette année j'ai fixé comme règle de ne faire que des cadeaux entièrement gratuit et à la main. D'abord parce que je suis une radine j'ai fêté noël avec beaucoup de monde et ensuite parce que ça a plus de sens quand on a passé du temps (autrement qu'en flânant dans les magasins). Le truc c'est que mon père avait pas du tout le même principe et il m'a offert un appareil photo du tonnerre de feu. Forcément, c'était ni fait main, ni gratuit.
Passons.
J'ai fait que quelques cadeaux donc :

-Un noeud papillon à nouer ENTIEREMENT cousu à la main (il était très moche à la fin) en recyclant une vieille cravate. (Du coup c'était 100% soie, mais ça, mon bof le saura jamais).
-Le même modèle, vachement plus simple en le découpant dans de la feutrine récupérée dans le stock vieillissant de bricolage de ma mère.

Le noeud pap jaune... Voilà, c'est moi qui l'ai fait avec Seth


-Une broche en feutrine. Deux broches en feutrine. Trois broches en feutrine et "tiens, elles sont jolies tes broches en feutrine, tu me fais la même ?" -> Quatre broches en feutrine. Pour le tuto, clickez sur l'image.
http://news.holidash.com//2010/04/23/mothers-day-corsage/


et enfin, ce dont je suis le plus fière...
-Un site internet. Enfin, un blog avec une tête de site. J'en avais déjà parlé précédemment (article sur les Fleurs de Bach et comment j'ai été amenée à être conseillée), donc voilà un site pour une consultante qui est sur la région de Toulouse, à Colomiers plus précisément.

fleurs-de-bach-31.blogspot.com