vendredi 7 juin 2013

Fleurs de Bach, pipi au lit, depression et allaitement

Ca c'est un titre élégant...
Je suis une scientifique, j'ai jamais été trop branchée médecine parallèle. Sauf qu'un jour, ma mère a décidé de se former pour être consultante fleurs de Bach. Les fleurs de Bach c'est non seulement de l'homéopathie, mais en plus c'est de l'homéopathie pour traiter tes états d'âme et tes blocages psy. Du coup, je lui ai d'abord servi de cobaye puis que j'en ai redemandé, je vais vous faire un petit compte rendu.

Mon fils numéro un a fait une énorme régression quand Tibère est né. Je passais ma journée à essuyer les pipis par terre, à laver les draps mouillés et même, oh joie, à découvrir pourquoi c'est plus facile de jeter une couche sale, que de laver un slip plein de caca. C'était vraiment, vraiment, pas la joie. On avait énormément parlé de la venue du bébé avec lui et en plus il l'adorait (bisous sur les pieds, "c'est mon bébé" et autres trucs trognons). Alors après deux mois affreux, j'ai pensé à ma mère et je lui ai demandé de voir Seth et son problème de pipi. J'avais la foi (ou j'étais désespérée), à peine consciente que mon fils parlait si mal qu'elle ne pourrait pas parler avec lui de ses soucis.

Elle a sorti ses cartes, des photos qui illustraient chacune des fleurs, et lui a simplement demandé de lui montrer sa préférée, la plus jolie de toutes les fleurs. Et ça a été tout. Il a choisi le chèvrefeuille, la fleur du regret d'un temps qui ne reviendra plus. Si il n'avait fait que choisir son diagnostique, tout seul, comme un grand, j'aurais déjà été impressionnée. Le fait est qu'il a arrêté son cirque en une semaine. Et qu'il a soudain commencé à parler.

Mais revenons à cette consultation, où je voyais mon fils choisir parmi trente-huit possibilités le diagnostique que je connaissais déjà. Par jeu, je me suis demandée quelle serait la fleur qui me parlerait le plus. Et alors que je passais les cartes, j'ai été subjuguée par la petite fleur de châtaigner. J'avais presque l'impression de pouvoir en toucher les contours. Je l'ai montrée à ma mère qui a haussé les épaules en me disant qu'on l'appelait aussi "la nuit noire de l'âme", que c'était pour les dépressions profondes. Je n'ai fait le lien qu'une heure plus tard, quand j'ai eu mon Nième épisode D-mer.

J'ai mis du temps à me décidé, le syndrome ne passait pas et me pourrissait la vie. Ça fait deux semaines, la première a été épouvantable, pire que les autres. Ces trois derniers jours, j'ai commencé à sentir les manifestations physiques plus rarement et moins intensément. J'ai toujours ce syndrome, mais je m'étonne de ne plus sentir de désespoir quand ça arrive.

Et enfin, parce que c'est dans le titre, depuis le début de mon allaitement, j'ai fait des engorgements à répétition (pour celles qui ne connaissent pas, je résume : le sein n'évacue pas assez le lait qu'il produit, se congestionne, s'infecte, la fièvre monte et on reste cloué au lit pendant un jour ou deux, ça nécessite des antibiotiques en cas de fièvre). Ma mère m'a parlé d'une des théories de Bach qui prétendait que le corps gérait bien les infections et autres problèmes tout seul, mais que quand on bloquait psychologiquement sur certaines épreuves, il ne faisait plus son job. Je l'ai écoutée, on a discuté et elle essayé de m'aider à trouver quel problème pouvait conduire à un engorgement chronique ensuite j'ai pris le "traitement". Pas d'antibiotique, plus d'engorgement.

J'ai l'impression de vendre une potion contre la calvitie. "Ça marche, c'est incroyable, approchez braves gens". J'ai aucune idée de comment c'est possible. J'ai un fort doute sur le fait que ce ne soit qu'un effet placebo étant donné l'expérience avec Seth. Pour moi les fleurs de Bach peuvent être une piste. Par contre, vu mon expérience, je désapprouve complètement les mélanges types qu'on nous vend aujourd'hui : Vous êtes déprimé, prenez donc un mélange de celui pour le deuil, celui pour la colère et ces dix autres fleurs (ça tombera forcément sur ce dont vous avez besoin en ce moment). Au mieux un conseiller (ils suivent une formation) ou au visu comme moi et mon fils l'avons fait. Je suis convaincu que nous avons en nous la connaissance de ce qu'il nous faut, tout comme nos goûts alimentaires nous poussent vers les agrumes quand on manque de vitamine C par exemple. Ça n'a rien de mystique pour moi.

Pour ceux qui le souhaitent, voici le lien d'une consultante en fleurs de Bach qui travaille sur Toulouse.

5 commentaires:

  1. Je suis contente d'apprendre que n°1 te rends un peu moins chèvre...je me souvient de la crise quand le mien a fait UN pipi au lit dans la semaine et que ça tombait au mauvais moment.Je n'ose pas imaginer si il me faisait le coup 5 fois par jour.
    (au tout début de la propreté il avait fait la grosse commission dans son slip,à McDo,j’avoue que quand j'ai vu le carnage, j'ai emballé le slip et l'ai directement mis à la poubelle)

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que j'aurais fait pareil o_O

    RépondreSupprimer
  3. Sinon pour le pipi culotte ou au lit ou même le caca... lol il faut se pencher sur le territoire : donc on insiste bien pour mettre tout ce qui lui appartient dans sa chambre (donc plus de ses jouets qui trainent dans le salon ou ailleurs), sa chambre : on cogne avant d'entrer et pareil pour toutes les chambres... on emploi carrément le mot territoire : c'est ton territoire ! quand un enfant à un soucis pareil c'est le territoire, je l'ai testé pour léa et 2 jours après plus rien ! Mais pour ton fils les fleurs de bach ont bien marché aussi, je pense plus pour l'aider à faire le deuil d'être le seul enfant, de sa vie de fils unique... moi j'ai eu du mal pour léa, ce n'est qu'après que j'ai compris... et ça on nous le dit pas hélas..

    RépondreSupprimer
  4. L'approche scientifique et la psychologie n'ont pas toujours fait bon ménage mais je ne les trouve pas antinomique. Oui bon je suis scientifique et à 35 balais et 2 ans de vie de maman j'apprivoise mes colères (entre autre) en discutant avec une psy depuis 3 mois.
    Bref, les fleurs de Bach j'ai tentée, seule...et pas d'effet "flagrant". Mais dans votre cas à tous les deux il y a eu plus que l’élixir il me semble. Grâce à eux des mots ont pu être mis sur vos maux et ça c'est essentiel dans le traitement des émotions :-) et c'est autre chose qu'un effet placebo...
    Ceci étant dis, quand on a une solution qui marche, qu'importe le fonctionnement en fait, autant continuer ;-)

    RépondreSupprimer