mercredi 29 mai 2013

Dysphorie du reflexe d'éjection

On va parler allaitement, mais pas comme d'habitude. Aujourd'hui, j'avais envie de parler de moi et de mes petits soucis en mode "pauvre de moi, je suis malaaaaaaade, je souuuuuuuuuffre". Voilà, je souffre depuis deux mois de dysphorie du reflexe d'éjection, un trouble mental, hum, de l'humeur. On va appeler cette chose un D-mer, c'est la version anglaise (Dysphory of Milk Ejection Reflex).

Pour faire simple, vous-vous souvenez de la sensation physique que vous avez eu quand bidule vous a largué pour sortir avec machin ? Ou encore quand on vous a appris le décès de votre père ? Ou que vous avez raté un examen important que vous étiez sûre d'avoir réussi haut la main ? Bref, ce truc dans le ventre. Voilà. Je ressent ça des dizaines de fois par jour. Et même quand on sait ce que c'est, il y a un réflexe pavlovien qu'on ne peut pas maîtriser : A chaque fois que ça arrive, une idée négative se forme à l'instant.

C'est un bête processus physique : Mon corps se prépare à fabriquer du lait, hop sécrétion pro-lactine associée à une chute du niveau de dopamine (deux substances ennemies). Chez les allaitantes normales, la dopamine descend tranquilou. Chez les D-mereuses, c'est le grand plongeon.

C'est devenu magique : La discussion que je suis en train d'avoir me semble tout d'un coup puérile ? Ou alors j'ai un mauvais pressentiment ? Ou bien je me dis que j'y arriverais jamais ? (à faire une omelette, à monter mon entreprise, à élever mes gosses sans qu'ils deviennent psychopathe, faites votre choix). Je compte jusqu'à vingt. PAF ! Je ressens cette sensation caractéristique de la montée de lait (plein de petites aiguilles dans les seins... ) et j'ai des gouttes de lait qui commencent à perler.
Le bon coté de la chose, c'est que j'ai pu faire croire pendant cinq minutes à mon mari que je faisais sortir du lait à la demande pendant un bain romantique (oui, je sais, c'est un tour de magie super romantique). Wé, voilà, c'est le seul bon coté de la chose.
Le mauvais c'est que neuf fois sur dix, le toubib a jamais entendu parler de ce truc et vous diagnostique un bon gros post-partum. Sauf que surprise ! Les anti-dépresseurs n'ont aucun effet sur le D-mer.

Et même si je sais ce que c'est, même si j'arrive parfaitement à identifier quand ça me tombe dessus, je ne peux rien faire. Me motiver, prier, essayer de penser à des choses positives... Ça ne marche pas. Mon D-mer m'a appris que la dépression et ses copines étaient des maladies, au même titre que le rhume ou l’intolérance au gluten. C'est ni une question de force, ni une question de manque de foi ou de motivation. J'ai repoussé le traitement qui marche d'habitude sur moi (vitamine B6) parce que j'avais envie de faire un test : Les fleurs de Bach. J'ai commencé hier, je vous dirai si ça marche :)

15 commentaires:

  1. J'ai eut ses sensations bizarres de mauvais présentiments pendant la periode où j'allaitais, mais pas très souvent (pas plusieurs fois par jours) donc je ne dois probablement pas souffrir de D-mer (on dirais m**** en verlant ce mot :p )

    RépondreSupprimer
  2. Wé, en verlant c'est pas joli. En fait si, tu as certainement eu ce syndrome. Il y a différents degrés d'intensité. Je l'ai eu pour Seth, mais moins violent, moins long et surtout il a commencé beaucoup plus tard. Alors que pour Tibère, des deux semaines j'étais dedans.

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'apprends des choses en te lisant!! Je n'avais jamais entendu parler de ce problème-là.. J'espère que l'intensité va vite diminuer, ça doit être dur à gérer...

    Tu as pris quel composé floral, du coup?

    RépondreSupprimer
  4. Sweet Chestnut. Le choix a été ce qui m'a convaincue d'essayer : La fleur m'a sautée aux yeux sans que je sache ce qu'elle soignait. Quand on m'a dit qu'on l'appelait aussi la nuit noire de l'âme, ça m'a fait sourire.

    RépondreSupprimer
  5. Et est ce que le contraire existe ?? Car pour m'a part je ressentais soudainement une véritable vague de bonheur m'envahir à m'en donner des frissons et là, 20 secondes plus tard: pouf! Montée de lait! C'est un peu plus chouette comme syndrome ;-)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai pas entendu parler précisément de ça, mais les conseillères en lactation sont pas mal à dire que pour certaines femme c'est du bonheur en barre l'allaitement. Voir une expérience extatique. Lucky you are :)

    RépondreSupprimer
  7. bonjour, je suis presque "heureuse" de vous lire, ça met des mots sur mon ressenti. J'allaite ma fille depuis 14 mois et je me cache depuis quelques mois non pas parce que j'allaite et que ça pourrait choquer et tout le blabla qu'on peut entendre, mais parce que ça me fait pleurer.. je broie du noir, je penses à tout ce qui est négatif dans ma vie etc puis après la tétée je redevient "normal", j'avais pensé consulter me disant que c'était peut être ça d'être cyclothymique...

    RépondreSupprimer
  8. Si tu peux mettre un nom dessus c'est cool. Pour mon dernier allaitement, une cure de vitamine B6 avait arrêté net le syndrome (y en a dans le magnesium B6 par exemple).

    Oup, je viens de voir que j'avais marqué vitamine D...

    RépondreSupprimer
  9. Je vais tenter, merci pour le conseil, c'est vrai que la vitamine B6 me parle plus que la vit D ;)

    RépondreSupprimer
  10. J'espère que Sweet chestnut fera rapidement un effet positif dans ton allaitement. C'est drôle comment ton choix s'est fait, je pense que c'est plutôt pas mal. :)

    RépondreSupprimer
  11. Effectivement ça doit être déstabilisant mais le fait de savoir et de mettre un nom dessus ça aide sans aucun doute. J'en ai vu de toutes les couleurs avec mes allaitements mais là je te tire mon chapeau !

    RépondreSupprimer
  12. Tu te rappelles de cet article ?
    http://www.poule-pondeuse.fr/2011/02/14/d-merde-toi/

    Je suis très curieuse de connaître le résultat de tes expérimentations avec les fleurs de Bach (et il faut absolument que je me rachète un flacon d'Olive pour l'accouchement qui approche : associé au Rescue, ça avait fait merveille pour moi pendant la phase dite de désespérance...)

    RépondreSupprimer
  13. Oui, je me souviens, c'est ce qui m'avait permis de mettre un mot sur ce que j'avais (et trouver un traitement).

    J'avais jamais pensé à l'utilité pendant un accouchement. J'en ai pas d'autres de prévus, mais je conseillerai aux copines :)

    J'attends encore une semaine pour en parler. Pour le moment j'en ai encore quelques uns, mais c'est plus rare.

    RépondreSupprimer
  14. Hello :)
    Merci pour ton commentaire sur mon blog (sur la tarte au thon). Attention je vais vérifier que tu essayes bien la recette ;) haha!

    J'adore la petite présentation de ton blog. Ce que tu dis sur être mère. Je ne suis pas encore maman, mais j'espère l'être alors les blogs de mamans sont les bienvenus ;)

    En tout cas tu écris bien! Merci de ta visite!

    Iris
    The Colored Married Life

    RépondreSupprimer
  15. Et bien moi, je l'ai eu dès la naissance, et pour mes deux filles! Sauf que la première, du coup, je l'ai très peu allaitée car je me sentais incapable, avec ce sentiment qui revenait pleeein de fois par jour. Une copine, qui s'y connait très bien en allaitement, a fini par trouver ce dont il s'agissait! Mais c'est très rare qu'on en parle!
    Par chance, ma fille a maintenant 18 mois, je n'ai presque plus de montée de lait, et donc très rarement ce sentiment ;)

    RépondreSupprimer