vendredi 21 décembre 2012

C'est noël

Et j'ai pas fait de couronne de l'avent, même si techniquement il y a bien les quatre bougies, et un truc en forme de rond... Bon, je vous épargne les bricolages de noël faits avec Seth (non, en fait j'ai la flemme de les prendre en photo), mais maintenantn il me harcèle pour que je lui dessine des "bolome de neige" et commence à comprendre l'histoire de la naissance de Jésus avec mes marionnettes à doigt en papier ("bonjour monsieur, je m'appelle monsieur !" dit l'ange à marie. On reverra pour l’annonciation).

Cette année j'ai décidé que je fabriquerai au moins un de mes cadeaux. J'ai choisi le plus facile, des fruits déguisés pour mon mari (qui n'est jamais plus heureux que quand on lui fait un cadeau qui se mange. J'aime mon mari). En revanche, je suis complètement désespérée pour ceux de ma belle famille. Après avoir successivement pensé offrir des bouteilles d'huile chelou à ma belle mère, puis un bijoux, puis une corbeille de fruits frais exotiques, je me suis fait la remarque que c'était profondément sexiste (elle peut être cuisinière, belle ou cuisinière encore) et que ça faisait vraiment "je connais rien à ta vie, alors je te fait des cadeaux random"...

La dead line arrive, et pour le moment j'ai deux de mes cinq cadeaux. C'est misérable noël quand c'est attaqué sous cet angle.

(Et pour Seth, on a acheté une lampe dynamo sur laquelle il avait flashé à décathlon. J'aurais pu le fabriquer dans une autre vie, mais ici j'ai pas d'atelier de petit électricien).

lundi 5 novembre 2012

Mon Halloween... En retard

Je n'ai pas pu aller au bout de mes idées, parce que je suis tombée malade. Bye bye les invités, bye bye la super déco...

En désespoir de cause je me suis quand même déguisée à l'arache, on a fabriqué des petites chauve-souris qu'on a collé sur le mur et le frigo, j'ai quand même cuisiné la citrouille achetée en début de semaine et on a écouté la BO de l'étrange noël de Monsieur Jack avec Seth.
Mais j'ai pas fait de déco de la mort qui tue, pas de cocktail empoisonnés, de gâteaux monstrueux, de jeux de société halloweenesque. Chui triste, vous l'aurez compris. Mais je vous montre quand même ce que j'ai fait de mes blanches mains.

Les cartes d'invitation (canson+peinture à l'eau)

Citrouille farcie

Maman-Calavera et Seth-Monsieurs Jack
Ça s'appelle du déguisement bâclé... Mais j'étais vraiment morte.

mardi 23 octobre 2012

Mon entreprise... même pas en rêve

Je l'ai dit depuis un moment, mon but à terme c'est de créer mon entreprise. Les gens pensent que c'est une petite boîte, genre même auto-entrepreneur. Non, mon but c'est de créer une PME moyenne qui produit, vend, développe... Bref, non, je veux pas fabriquer des barrettes en pâte fimo.

Alors je vous décrit mon projet, né dans ma tête quand j'étais en Russie et qu'il n'y avait même pas de ceinture de sécurité à l'arrière des voitures, qu'ils conduisaient tous comme des gros malades (genre tu prends la ville la plus au sud de France, ben comparé à la conduite du Russe moyen, c'est la Suisse). Et j'avais mon petit garçon de un an à peine. J'ai passé TOUS mes trajets à faire des crash test dans ma tête. Que je le prenne sur mes genoux, que je le mette sur le siège arrière, allongé, assis, debout, c'était toujours la mort assurée en cas d'accident.

Donc dans ma tête de maman paniquée ingénieur, j'ai conçu un siège auto qui se passerait de ceinture. Un super siège auto qui en plus quand je me suis renseignée, était bien plus sécure que la plupart des sièges auto. J'ai jamais eu le temps de le fabriquer et on a pas eu d'accident. Mais comme je savais que je voulais mon entreprise je me suis dit qu'il fallait que j'aille au bout. Que je fasse un modèle, que je le teste et que je le brevete et ensuite, en route la production.

Je m'étais dit, je commence petit pour tester le produit, quelques modèles... Je voyais ça à quelques centaines vendus pour commencer, tater le terrain. Sauf que... Sauf que...

Sauf que justement, c'est pas des barrettes en pâte fimo, que c'est sensé sauver des vies, des vies d'enfants qui plus est. Alors j'aurais dû me douter qu'on laisse pas les petits jouer dans cette cours là. J'ai presque fini cette purée de norme de 102 pages et je viens d'apprendre que pour avoir le droit de vendre en France, il y a des tests très chers (dont un crash test... Comptez plusieurs dizaines de milliers d'euro) à effectuer au minimum une fois toutes les quatre semaines de production.

Voilà, donc c'est mort. J'ai trois solutions :
1- développer ça pour le tiers monde sans norme européenne (ça me branche pas de faire des sièges auto sans norme, soyons clair)

2- Faire ce purée de brevet et le vendre à Team Tex qui trust déjà presque 70% des parts de marché en France. Enfin essayer de leur vendre parce qu'ils produisent déjà un siège auto à 40€ qui vaut pas tripette question sécurité.

3- Faire une levée de fond colossale, ce qui veut dire que je n'aurais plus aucune indépendance (si j'arrive à convaincre des types de mettre de l'argent dans une entreprise qui se dresse face à des géants comme Team Tex, en pleine période de crise). Et je ne me sens pas à 24 ans, sans aucune expérience professionnelle, les épaules pour diriger un tel projet, le premier était déjà très très ambitieux pour moi.

4- Pleurer et passer à autre chose

On prend l'option 2 ou 4... Je ne sais pas encore. Il me reste aussi la vaisselle à faire et la salle de bain à laver.

lundi 22 octobre 2012

Abat jour

Honnêtement, je ne le ferai plus jamais. J'avais vu des origami marrantes sur pinterest, m'était dit que ce serait facile. C'était sans compter sur le fait que c'était tellement facile que j'ai pas jugé bon de noter la page. Donc j'ai passé un petit moment à essayer de refaire un truc qui correspondait à mon souvenir (donc je n'ai même pas le tutoriel pour vous).

De nuit
De jour

Et puis si effectivement c'est très facile, ça demande de répéter à la perfection une centaine de plies, tout doit être parallèle et on fait ça bien sûr, sur une feuille de plus d'un mètre de côté. Alors ce petit bidule, je vous le dit tout net, il m'a pris une heure à jurer, pester, me maudire et espérer que quand tout sera fini ça marchera. Et comme je ne frôlais pas déjà assez la crise de nerf, c'était à deux doigts de pas être pliable à la fin. A quelques centimètres près, c'était mort. Mais je suis hyper fier de moi. Il reste quatre abats jours à faire, je vais chercher une autre technique.

Celui-là je l'ai mis au dessus de mon lit et en se couchant, ça fait une semaine que je répète à mon mari "il est trop beau cet abat-jour"-"oui"-"j'en ferais pas d'autre hein"-"oui"

mercredi 17 octobre 2012

Couronne d'halloween



Matériel : Du papier de brouillon (une quinzaine de feuilles à peu près, ça dépend de la taille et de l'épaisseur que vous souhaitez pour votre couronne), du scotch marron, des chutes de tissu ou de papier coloré pour recouvrir et toutes les petites babioles que vous voulez coller là dessus.

Première étape, faites un boudin de feuilles froissées, construisez le en les faisant se chevauchés et en les froissant en même temps.


Puis entourez ça de scotch marron. Avec vos petites mains essayez de rendre ça régulier et de donner à l'ensemble l'allure d'une couronne. 



Puis recouvrez ça de papier coloré, de tissu, de ce que vous voulez pour cacher cette horreur (moi j'ai pris une jambe d'un vieux collant en laine que j'ai twisté).


Et recouvrez de petites déco... Silhouettes en papier, nœuds, rubans, branches d'arbre. Admirez au passage ma superbe chouette en rouleau de papier toilette. Vous pouvez fixer avec des épingles, du scotch double face, de la colle à chaud, ça dépend de votre support. (Oui, j'adore mes tutoriels, vous avez dû vous rendre compte qu'en matière de bricolage, ben... je bricole, c'est le cas de le dire).

Bisous et joyeux mois d'Halloween !

samedi 13 octobre 2012

Mes chausses préhistoriques

Nous sommes en train d'apprendre la propreté à Seth, et il y a toujours de très fréquents accidents. Alors je voulais des chaussons qui passent à la machine à laver. Bon, je n'avais pas prévu que ce soit si moche, mais lui adore ses chaussons, c'est l'essentiel (et comme il a déjà amoureusement fait pipi dessus plusieurs fois, ça m'a conforté dans l'idée que non, j'étais pas une radine, que c'était bien les chaussons idéaux pour cette période).

Bref, je vous présente le premier "vêtement" fait pour mon fils. Matériel : des pieds de vieux collants en laine, du tissu de tapisserie récupéré... J'ai donné un coup de ciseau sur les chevilles devant, comme ça je peux nouer les bords pour pas qu'il les perde.


mercredi 10 octobre 2012

DIY Montessori

Je ne suis pas fan de Montessori, je n'achète pas mes jeux avec ce critère, je n'organise pas des "séances" Montessori. Pourtant, j'aime la fille qui est derrière cette pédagogie. Pas parce que je pense que ça va rendre mon petit plus épanoui et plus intelligent, mais parce que ça marche : il s'amuse réellement (et moi j'ai la paix, niark niark). En fait, je me suis rendue compte que la plupart des activités Montessori sur lesquelles je suis tombée par hasard sur le web, étaient des activités qu'il faisait déjà spontanément et que je qualifiais de bêtise (genre renverser son verre d'eau dans son assiette, sisi, ça peut être une activité Montessori, mais lui le fait plutôt à table).



Du coup, en voici une que j'ai conçu (hum) avec lui. Parce qu'à la fin, j'avais l'impression d'être dans un blog de M fan (Montessori fan), alors que c'est lui qui est allé cherché tout seul la cuillère et la tasse. Moi à la base, j'avais juste fait la peinture. Bref, pas de tutoriel, la photo suffit à elle même. Et comme vous pouvez le constater, je me suis pas ruinée.



samedi 6 octobre 2012

Ma sage-femme est awesome !

Pour ma première grossesse, j'avais fait faire mon suivi par une gynécologue, spécialisée dans la procréation, très demandée, très compétente, et en plus me disaient certaines, c'est une femme... Mais en fait, je l'avais choisie parce qu'elle habitait en bas de chez moi et j'avoue que nos liens étaient si puissants (10 minutes en moyenne par consultation), que j'avais même pas songé à lui envoyer un faire part après la naissance. De toute façon sa conclusion à 8 mois de grossesse avait été "et n'oubliez pas de prendre rendez-vous avec la secrétaire pour être sûre d'avoir de la place, ah ben non, on se reverra plus en fait"

"Oui, c'est ça, au revoir"

Cette fois j'avais envie de voir une sage-femme. Celles que j'avais croisées par la suite me donnaient moins l'impression d'être malade d'un cancer, d'être dans un protocole de stérilisation et elles s’intéressaient même à mon moral ou à mon bébé au lieu de me demander si j'avais bien pris mes compléments alimentaires-c'est-pas-remboursé-mais-ça-vous-fera-pas-de-mal.

Alors j'ai cherché. J'ai mis quatre semaines à en trouver une qui faisait le suivi de grossesse près de chez moi. Autant le dire tout de suite, je l'ai pas choisie parce que "le courant est bien passé", ou parce qu'"on a les mêmes valeurs". Je l'ai choisie parce que j'étais déjà à la bourre pour la déclaration du coup et que oui, elle faisait bien le suivi, ouf, y en a une dans le coin qui fait encore les suivis. Il n'y a pas beaucoup de demande apparemment, ses collègues me parlaient de deux ou trois illuminées par an. Dont je fais partie.

Oui, ici dans le sud j'ai l'impression que les femmes préfèrent se faire suivre par un type qui a des dépassements d'honoraires (on monte donc à 50 euros, toujours pour dix minutes de consultation en moyenne et dans mon cas un mauvais diagnostique) et dont la secrétaire est mal polie (tous les super gynécologues qu'on m'a conseillé depuis que je suis arrivée dans le coin, alors je m'interroge sur la façon dont elle sont recrutée. Doivent-elles rentrer dans le moule "ici vous êtes un débile, signez-donc le chèque"). Et plus les dépassements d'honoraire sont élevés, plus c'est bien, plus c'est compétent. Moi je suis une des deux-trois illuminées.

J'adore avoir une sage-femme qui s'excuse platement quand elle est en retard parce qu'elle avait une urgence à l'autre bout de la ville. J'adore avoir une sage-femme qui fait tout pour me prendre dans la journée quand je l'appelle paniquée à cause d'un truc qui me semble bizarre. J'adore qu'elle se souvienne du détail dont on a parlé il y a un mois alors qu'on est en train de parler dans la rue devant son cabinet. J'adore voir mon mari tout bouleversé en sortant de notre première séance de préparation parce qu'elle lui a fait sentir la présence du bébé, alors que pour ma première grossesse il ne m'a accompagnée que pour une échographie.

C'est pas une copine, je l'inviterais pas manger, on parle pas de nos vies respectives en dehors de ma grossesse. Rien de mystique, rien de transcendant. Mais j'aime sa pratique et son professionnalisme.

mercredi 3 octobre 2012

Un mois avant Halloween

Liste de trucs à faire pour halloween :

- Un chouette costume pour Seth
- Une couronne de porte
- Une déco pour le salon/salle à manger/chambre/cuisine (oui, nous vivons dans ce genre d'appartement)
- Plein de gâteaux en forme de citrouille et autres chauves-souris
- Inviter des amis pour fêter halloween (faire une liste, faire les invitations, envoyer les invitations)
-Attendre un peu pour repeindre cette hideuse commode orange, qui finalement, est parfaitement dans les tons.
-Sculpter une citrouille !


Et vous ? Quelle est votre To-do-list ?


vendredi 28 septembre 2012

Mompreneur

Un article par mois, ça craint un max ce blog. J'ai une excuse ! (j'en ai toujours une) : Les bons moments, j'avais pas envie de les gâcher en me prenant la tête à prendre une photo, puis laisser mon fils tout seul pour post-productionner, rédiger l'article, etc.

Puis les mauvais, j'avais moyen envie de les écrire. Ce blog c'est un peu ce qui est sensé me montrer les bons côtés d'être mère au foyer. Parce que je vous l'avais dit, ce blog, je le fais pour moi, pour voir comment j'avance et comment un jour je pourrai dire que finalement, j'étais pas une si mauvaise mère que ça.

Bref, on s'en fiche. Dans un précédent article, je me comparais à Bree Van De Kamp. Maintenant ce sera Lynette Skavo. Pour tout vous dire, je me sens infiniment plus proche de ce personnage. D'ailleurs, vu mes antécédents familiaux où à peu près 100% des femmes font des cancers du sein (et même certains hommes -_-, je vous jure, cette famille elle a vraiment un problème), il se pourrait même qu'un jour, Lynette et moi, on soit soeurs de cancer du sein.

Lynette, mon idole de fiction...
Pourquoi Lynette Skavo ? Parce que Lynette, c'est une business woman !

J'ai une grande nouvelle à vous annoncer : Après des mois de mise en sommeil, mon projet d'entreprise repart ! Avant j'étais trop fatiguée, pas motivée, triste d'avoir quitté la ville que j'aimais tant pour celle-là que je supporte pas. Et puis je ne voulais pas avoir de projet professionnel qui me prenait mon temps du soir. Mon mari ramène pas de travail le soir, moi non plus. Et puis zut. Et quand j'avais enfin quelques secondes de répit pendant la sieste du fiston, je me disais que ouf ! enfin ! ce temps il était pour moi, pour me détendre.

Et puis j'ai tenté l'expérience. J'ai éteint internet (comprendre débranché la box. Oui, j'en suis à ce point), j'ai dit à mon fils "va jouer dans le jardin", je me suis installée avec mon PC d'un point où je pouvais l'appeler/l'enguirlander/le surveiller... Et j'ai recommencé un travail auquel j'avais pas touché depuis cinq mois.

Une heure trente de boulot effectif, pendant que mon bébé d'amour remplissait ses chaussures de petit cailloux et courait après les fourmis.
Une heure trente de décorticage de texte de loi. 150 pages de dossier, écrit en mi-scientifique, mi-énarque, parce que c'est une norme technique pondue par l'union européenne que je dois comprendre avant de faire le moindre prototype. J'ai failli devoir me la farcir en anglais avant de comprendre comment je pouvais me la dégotter en français. Et c'est heureux, parce que certains alinéas sont déjà en soit des aberrations scientifiques (du type soit deux points alignés, oui, oui... Là encore, c'est obvious, par contre soit deux lignes perpendiculaires, j'ai envie de leur rappeler qu'il y a une infinité de solutions et que je vais avoir du mal à répondre à l'exigence qui dépend de ce repère).

Je suis hyper contente, je reprend mon statut de mompreneuse ! Et je hais les technocrates et ingénieurs qui ont pondu cette norme aussi mal ficelée qu'un compte rendu de TP d'étudiant un lendemain de soirée.

Hey ! J'ai même refait de la mécanique ! Près de deux ans après avoir cessé de toucher à ces trucs là. La vie est belle. J'ai fini par fermer mon PC, appeler le petit bonhomme plein de poussière et on est allé fêter ça dignement avec un bon plat de pâtes au jambon. Ensuite, mon collaborateur et moi, on a parlé de la possibilité qu'il fasse une sieste, on a reporté le meeting "peinture à l'eau" à après le dodo et je lui ai fait un gros bisou. J'adore ma boîte.

mercredi 22 août 2012

Un blog que je trouve extra

J'ai pas beaucoup posté ces derniers temps. Me revoilà pour parler de quelqu'un d'autre. Je voulais juste introduire un blog que je trouve super. C'est une fille qui s'est lancé là dedans. Elle parle de la façon dont elle s'est préparée pour son accouchement. L'approche est personnelle et intelligente, elle pioche dans plein de choses et je trouve ça très complet. Ça parle de tout, en passant par l'aspect spirituel de la naissance, par les tests faits sur les nouveaux-nés et la gestion de la douleur ou encore l'anatomie. Elle m'a demandé de faire quelques illustrations (que j'ai pas fini d'ailleurs...) et je me sens honorée de participer d'aussi loin à ce projet. Je pense sincèrement que ce blog peut aider à préparer son accouchement de façon sereine.

Ce n'est pas un blog sur l'accouchement à domicile, ça parle d’hôpital, de procédure et pourtant j'ai trouvé qu'elle avait réussi à vivre quelque chose de proche de la naissance respectée sans taper du poing.

Click !

samedi 7 juillet 2012

Cousinades et provence

Il fait chaud et ma sœur est venue. Ça donne des photos de gamins en slip. Voici les deux cousins qui se ressemblent pas autant qu'il le devraient. Voici mon roman photo de l'été


"Vroum vroum" dit E. "mais au fait, tant que j'y pense, j'ai une question existentielle" se dit-il soudain.

"Est ce que j'ai des fesses ? Ça alors, oui, j'ai des fesses à rayure",s'exclama E. devant l'horrible réalité. "Hé, E., t'as des rayures, t'as des rayures sur les fesses", répondit Seth tout aussi horrifié.  
"Oh, mais c'est terrible !"

"Mon cousin a des fesses à rayures, comment va-t-il vivre désormais !" (non, en vrai on venait de leur confisquer la voiture parce qu'ils se tapaient dessus pour l'avoir. Je sais, je suis une mère indigne)

vendredi 22 juin 2012

Maman bricole

Mon fils adore les chapeaux. Il passe parfois une journée un bonnet vissé sur la tête juste pour le plaisir. Ce chapeau/bateau a pas fait long feu mais il l'a adoré. Je l'ai fait avec des feuilles récupérées au boulot du papa. Des vieux plans qui allaient partir à la poubelle. Mais je me souviens avoir fait de l’origami avec des affiches d'arrêt de bus.


Cuisiner avec un tout petit

L'inconvénient c'est que c'est une activité qui n'occupe pas non plus toute l'après midi. Mais c'est vingt bonnes minutes qu'on passe tous les deux et il adore.Cuisiner avec un enfant c'est jouable. Alors j'ai testé pour vous : Le gâteau au yaourt au pommes qui a le mérite d'utiliser une mesure unique, donc c'est plus marrant pour lui.

Un enfant de deux ans peut largement :
-Verser les mesures de farine, huile et sucre
-Disposer les pommes au fond du plat
-Mélanger la pâte (même s'il faudra peut être passer derrière)
-Passer l'éponge sur la table après que vous ayez enlevé tous les ustensiles et ingrédients

Il peut le faire, mais c'est galère :
-Casser les œufs (personnellement je le fais plus, j'ai tenté une fois)
-Verser la pâte dans le moule

Et puis pour ceux qui ne connaissent pas l'ancestrale recette du gâteau au yaourt aux pommes :

Un yaourt
Un pot de yaourt d'huile
Deux pots de yaourt de sucre
Trois pots de yaourt de farine
Un demi sachet de levure
Trois oeufs
Deux vieilles pommes coupées en dés

Et n'oubliez pas de lécher la cuillère de pâte crue et de racler le plat après.



Journée slip. Il fait vraiment trop chaud.

Fête des pères

La semaine derrière c'était la fête des pères et je ne voyais pas ni quel cadeau ni quelle carte faire bricoler à Seth, qui a rappelons le, a deux ans (non pas que la qualité des cadeaux va beaucoup augmenter avec les années, mais là clairement, j'étais un peu limitée)

Alors je lui ai fait faire le gribouillis habituel sur une carte (on ne dirait pas comme ça, mais il adore dessiner), un coup de ciseau et voilà ce qu'on a obtenu






mercredi 13 juin 2012

Le jour où je me suis transformée en Brie Van De Kamp

J'ai commencé ce blog quand j'étais au fond du seau. Je me disais que je voulais voir l'évolution, passer d'ingénieur trapue à maman chevronnée. Puis j'avais envie de faire pleins de photos quand j'aurai un intérieur merveilleux.

C'était le début de ma nouvelle vie, celle pour laquelle j'avais fait un sacrifice qui me semblait terrible (vous avez pas fini d'en entendre parler, je crois que je m’excuserai toujours d'être mère au foyer d'un "mais j'étais ingénieur avant !")

Bref, j'ai commencé, ma maison était d'un bazar sans nom, je n'arrivais à gérer mon fils nul part, je culpabilisais souvent pour les horribles pensées que j'avais quand j'étais à bout. Bref, j'avais pas trop envie de décrire ma merveilleuse vie de mère au foyer ratée. Forcément, je savais que les gens qui n'avaient pas d'enfant ne comprendraient pas comment on pouvait avoir envie de taper un enfant aussi mignon que mon fils, et que ceux qui en avaient me diraient un "chut, c'est un secret". Du coup, du fond de mon seau, je pouvais que prier pour avoir de l'aide. Et puis il s'est passé quelque chose. Mon père céleste a répondu à ma prière d'une façon tout à fait inattendue : Il m'a envoyé vivre une semaine chez des amis pendant un déplacement (un déplacement professionnel de maman, cela va de soit. Non, en fait c'était pas professionnel) et ça a été ma première leçon de maman, prise chez cette copine qui est une super maman (mais elle ne le sait pas).

Ensuite j'ai commencé à lire le livre de mormon tous les matins. J'avais désespérément besoin d'avoir la présence du Saint Esprit pendant la journée, donc lecture des écritures : le matin. Ça m'a apporté beaucoup de force pour l'étape suivante : Celle du ménage.

N'allez pas croire, j'ai vraiment le témoignage que le ménage est une sorte de service rendu aux prochains de son foyer. C'était important pour moi. J'avais compris qu'au delà d'une heure de ménage/vaisselle/rangeage/lessive, j'avais l'impression d'avoir cassé des cailloux toute la journée sous le soleil du Texas. Donc j'ai été généreuse avec moi même : Je ne ferais ni plus ni moins qu'une heure de ménage par jour. J'ai fait ma liste et ma semaine a commencé avec une heure de balais-serpière dans toute la maison (non contente d'être une mère abominable, je suis très lente pour les tâches ménagères), le lendemain seulement je laverai la salle de bain dégoutante, et le sur lendemain je m'attaquerai à la pile de linge salle qui se sauvait de la corbeille.

La première semaine donc a été zen. Je me levais, lisais mes écritures, faisait mon heure de ménage et après je trainais sur internet, je jouais avec mon fils, je lisais des bouquins.

Et la semaine suivante, j'ai découvert que magiquement, la maison était devenue toute propre et toute rangée et j'ai passé qu'une demie-heure pour ma tâche de la journée. L'autre demie-heure je l'ai passé à me faire une coiffure de folie. J'ai alors compris un vieux conseil que m'avait donné ma grand-mère que je trouvais débile à l'époque, qui était de ranger au fur et à mesure et je lui ai écrit un mail.

Et puis j'ai fait de la déco intérieur, je commence à aimer jouer avec mon fils, j'ai commencé à cuisiner, j'ai planté des trucs dans le jardin et le voisin m'a dit hier que j'avais bien de la chance d'avoir un petit garçon aussi obéissant.

Ma couleur rousse part en live, mais je me sens übber Van De Camp. Et pour finir, comme tout bon blog de maman, des photos...

Je l'ai trouvé trop mignon sagement assis à écouter son père s'entrainer.

Oui, je sais, l'arrière c'est pas vraiment déco. Il me reste du travail pour cette partie de la maison :) Mais c'est le plus beau sourire de photo de Seth, alors je la met ici.



samedi 12 mai 2012

Communication positive versus conditionnement

En terme d'éducation j'ai l'idée du résultat, aucune de la méthode. Oui, j'ai envie que mes enfants soient polis et travailleurs, ordonnés, etc. Mais dans la vraie vie, mon fils que tout le monde trouve si mignon, n'était pas le plus obéissant des enfants et j'étais parfois la plus déprimée des mamans. Et du côté des conseilleurs j'avais d'un côté ma mère, de l'autre ma belle-mère. Ma mère qui a élevé sept enfants tous plus pénibles les uns que les autres, ma belle-mère qui a élevé deux parfaits petits anges, enfin des gamins qui ont réussi leur vie : l'un a été reçu major à l'école d'Officier supérieur de Saint-Cyr, l'autre est ingénieur centralien, pendant que mes frères et sœurs se cherchent, ont une chambre/appart dans un état pas possible,etc. Donc objectivement, on pourrait penser que le plus logique soit d'aller chercher les conseils auprès de belle-maman. Sauf que voilà, belle-maman elle me file des livres sur la merveilleuse théorie de la communication non-violente, tout en me disant que ce n'est malheureusement pas ce qu'elle a fait avec ses enfants. Super. Parce que moi je voulais savoir ce qu'elle avait fait, pas ce qu'elle avait pas fait. Alors je l'ai essayé la communication non-violente. J'ai exprimé mon besoin, cherché à comprendre celui de mon fils, tenté de trouvé une solution qui satisfasse les deux. Et quand au bout de quinze minutes de honte suprême devant les autres je finissais par péter grave un plomb et filait une torgnole à mon angelot, la communication non-violente, elle pouvait aller se rhabiller. Et moi bécasse, je continuais de me dire que j'étais une mère atroce, maltraitante et incapable. Mais je recommençais encore et encore. Ça a duré deux semaines de communication non-violente suivi de pétage de durite. Avant c'était juste pétage de durite. J'avais pas l'impression de devenir moins folle à chaque repas/sortie/couché.

Alors j'ai écouté les conseils d'une copine qui étaient très proches de ceux déjà donnés par ma mère (conseil que je lui avait demandé, elle se permet jamais de revoir mes méthodes, sauf quand j'ai l'air au bord du gouffre), et ça a marché. Du tout simple. Tu désobéis, au coin. Et pas de justification. Cette méthode les psy l'appellent le conditionnement et trouvent que ça bride affreusement la créativité et les personnalité. Mais à 2 ans, l'enfant a besoin qu'on lui enseigne le cadre. C'est ça son besoin. Alors la communication non-violente, peut-être qu'on abordera ça quand il aura huit ans, mais clairement pas maintenant.

Edit : Entre temps, je pète toujours un câble régulièrement et je jongle toujours entre conditionnement et CNV...

lundi 30 avril 2012

Le scarabée noir

Cette nuit j'ai fait un rêve. C'était glauque. Je tenais dans mes mains mon foetus, il était rouge, sanguinolent, tenait dans ma main et il avait froid. "S'il avait vécu, il serait devenu un garçon", me disait le médecin. Mon mari le prenait en rigolant pour le poser sans précaution sur la table. J' hurlais, lui disais que ce n'était pas stérile, qu'il était en train de mourir. Quand je regardais l'enfant plus attentivement je constatais qu'il n'avait pas de pieds, seulement deux nageoires et ce détail restait dans ma mémoire. Il passait de mains en mains, je tentais d'emmailloter cette petite chose que je savais condamnée mais qui frissonnait encore. Et elle devenait minuscule. Petite comme un insecte, plus de nageoires, mon fils était devenu un scarabée noir. Quelqu'un le faisait tomber et il disparaissait dans le siphon de la douche.

Je me réveille en sursaut, et me rendors. C'était hier, c'était la nuit.

Du sang, du sang partout. Sur mes vêtements, sur ma peau, le tissu imbibé, saturé de cette odeur de fer qui me donne la nausée. Je hurle en silence. C'est la fin, tu n'avais pas même de nom.

J'ai maudit mon cerveau débile qui m'ordonnait de nettoyer, de reprendre des gestes si quotidien, comme si ce qui venait d'arriver n'était qu'un détail du rangement de la maison. Se lever, se laver, se changer, ignorer cette douleur sourde au fond du ventre. Refuser de croire que ce puisse être inquiétant. Se dire que c'est normal, oui, c'est normal d'avoir du sang jusqu'aux genoux.

Et il y a cette voix qui me chuchote que ce que je fais est une mauvaise idée, qui me dit de détourner les yeux. "Je t'en prie, ne regarde pas, fais ce que tu as à faire, mais ne regarde pas, prend ta douche, simplement". L'abstraction c'est ce qui m'a toujours fait tenir. On ne pleure pas pour un concept.

C'est trop tard, l'instant d'avant j'étais complètement anesthésiée et puis je l'ai vu, cet amas rouge et sombre, avec ce fin fils blanc, qui filait sur la faïence froide de la baignoire. Ce n'est pas du sang.

Un bond, un cris et c'est fini. J'ai quitté la pièce, laissé tout ce qui y était. Je ne voulais plus rien toucher. La scène me semblait à la fois ridicule et repoussante. Et je songeais amer au scarabée noir qui disparaissait dans le siphon. J'étais terrifiée. Il est rentré, il a rangé, nettoyé.

Non je ne veux pas que tu me prennes dans tes bras, je ne veux pas non plus que tu me vois pleurer sans raison. Tu n'as rien saisi à ce que je t'ai dit et tu as même ri quand j'ai commencé à demander des choses contradictoires. Et je suis seule face à cette peine que je ne comprend pas moi-même.

Cette nuit j'ai fait un rêve.

mercredi 18 avril 2012

La mère c'est l'âme du foyer

Je sais plus où j'ai entendu ça, mais aujourd'hui ça me fait très peur. Bref, en plus d'être nounou, cuisinière et femme de ménage, je suis aussi décoratrice intérieur. La maison est pleine de carton et on manque cruellement d'étagères (mais la semaine prochaine, virée chez Emmaüs). Bref en attendant je me débrouille. Voici donc une bibliothèque pas pratique et le premier bibelot installé dans notre nouvelle maison (j'en ai pas beaucoup, mais ça c'est un cadeau de mariage).

Il me piquait mon PC le fourbe !

Alors je lui en ai fabriqué un. Il a joué avec deux minutes et ensuite il est allé cherché ses crayons et l'a tout colorié.


Le bricolage qui sert à rien que je vous déconseille vivement

jeudi 12 avril 2012

Ces choses qu'on ne nous a pas dit

ça fait une heure et demie que je l'ai mis à la sieste, trois fois qu'il s'endort quand je le berce et se réveille quand je le pose dans son lit. J'ai un mal de dos de chien et des envies de meurtre. J'ai tenté la musique, les câlins, rester avec lui, les menaces. Mais là je peux plus. J'ai juste envie de le frapper. Et de pleurer. Alors je suis sortie de la chambre, j'ai fermé la porte. Là il joue et je me sens la dernière des abruties

mercredi 11 avril 2012

Pour trouver du sens

Avant j'étais une étudiante polyvalente, j'avais le choix entre une carrière dans le management, et une carrière dans l’ingénierie. Mais j'en avais décidé autrement. Je voulais être mère au foyer. Je n'avais aucune compétence dans le domaine de la maternité, là où professionnellement j'avais des aptitudes et des facilités, je me retrouvais sans une once d'instinct maternel pour mon nouveau job : mère. Nous avons pourtant décidé avec mon mari de ne pas attendre la fin de nos études pour commencer notre famille. J'ai obtenu mon diplôme d'ingénieur, mon fils avait plus d'un an, c'était en septembre dernier.

Je commence aujourd'hui à être réellement mère au foyer, j'ai un tas de blog, mais aucun qui ne parle de ma maternité. Aucun qui parle de l'apprentissage le plus dur que j'ai jamais entrepris et de la phrase que je me répète encore et encore : Des milliards de femmes ont été mères, des stupides, des malades, des faibles, des célibataires, des adolescentes. C'est que ça ne doit pas être si compliqué.

Erreur, grossière erreur.